En partenariat avec :

Accueil / Frédéric Sausset : Le prochain challenge

Frédéric Sausset : Le prochain challenge

ELMS - 13/11/2017 - Sophie LIGER

En juin 2016 le pilote français Frédéric Sausset est entré dans l’histoire du Sport Auto. Il est le premier pilote amputé des 4 membres à avoir terminé les 24 Heures du Mans, un fait encore plus incroyable lorsque l’on sait que Frédéric Sausset n’avait jamais piloté avant son changement de vie brutal en 2012.

Il n’a pas seulement fini la plus grande course d’Endurance du monde mais lui et ses coéquipiers, Christophe Tinseau et Jean-Bernard Bouvet forment également le premier équipage du Garage 56 à avoir franchi le drapeau à damiers. Ils ont pris part au podium devant des centaines de milliers de spectateurs reconnaissant et saluant cet.

Cette prouesse a mené Frédéric à travailler sur un nouveau projet pour lequel il souhaite monter une équipe de 3 pilotes à mobilité réduite pour participer de nouveau aux 24 Heures du Mans. Le projet est d’abord de revenir en European Le Mans Series en 2019 pour une saison complète en préparation de ce retour au Mans.

De plus, Frédéric Sausset travaillera au sein de la nouvelle commission pour l’accessibilité des personnes handicapées de la FIA (FIA Disability and Accessibility Commission) afin d’encourager et de faciliter la participation des personnes handicapées au sein du Sport Auto.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre projet de revenir aux 24 Heures du Mans avec un équipage composé uniquement de pilotes handicapés ?

J’ai mis en place il y a à peu près un an la filière « Frédéric Sausset, un volant pour tous. » Suite aux 24 Heures du Mans 2016 cela me tenait énormément à cœur de pouvoir accompagner des gens qui aujourd’hui sont en situation de handicap avec probablement pour un certain nombre de grandes capacités de pilotage et qui n’ont pas de structure qui leur permettrait d’aller piloter au plus haut niveau Je voulais créer cette nouvelle filière dans ce sens.

Quelle est l’échéance pour la sélection des pilotes pour cette nouvelle équipe ?

Cela demande beaucoup de travail et cela fait un an que je suis sur ce projet. En théorie nous devons démarrer l’activité avec un équipage inédit composé de 3 pilotes handicapés en mars prochain. L’échéance arrive, le compte à rebours est lancé et c’est passionnant. Nous sommes toujours à la recherche d’un certain nombre de partenaires mais je donne toute mon énergie dans ce projet.

Votre objectif est également de participer à l’ELMS en 2019. Que pensez-vous de ce championnat ?

C’est un programme sur trois ans et donc l’objectif est de faire l’ELMS en 2e et 3e année avant de présenter l’équipage aux 24 Heures du Mans en 2020. C’est un championnat que je connais un petit peu pour avoir participer à quelques courses dans le cadre de ma préparation aux 24 Heures du Mans. Je pense que c’est un championnat fabuleux, avec un très haut niveau de compétitivité et c’est pour ça que ça met la barre très haute pour nous, mais l’objectif que je me suis fixé est d’avoir des pilotes souffrants de handicap et qui soient capable de se battre avec les meilleurs pilotes en ELMS. Si on réussit cette passe d’armes et à mettre notre équipage dans le top 5 de notre catégorie se serait quelque chose d’extraordinaire.

Comment l’ACO vous soutient-elle dans ce nouveau programme ?

Ce projet est soutenu par de nombreuses personnes comme Jean Todt à la FIA, par Nicolas Deschaux à la FFSA et bien sûr par Pierre Fillon et Vincent Beaumesnil à l’ACO. Donc en théorie on devrait pouvoir aller jusqu’au bout si tout le monde a réellement la volonté de nous accompagner jusqu’à la fin de cette belle aventure.

Le World Motor Sport Council de la FIA a récemment annoncé la création d’une commission sur le handicap et l’accessibilité (The Disability and Accessibility Commission) afin d’encourager et de faciliter la participation des personnes à mobilité réduite dans le sport automobile. En tant que compétiteur de haut niveau, que pensez-vous de cette annonce de la FIA ?

Je ne pense que du bien de cette annonce puisque je vais justement intégrer cette commission en décembre avec Gérard Saillant. Pour moi c’est quelque chose d’extrêmement important car j’ai vu quelles étaient les difficultés quand j’ai présenté ma candidature aux 24 Heures du Mans et notamment celles concernant le règlement car je ne rentrais dans quasiment aucune case. Si justement on a la volonté de mettre en place cette filière pour amener des pilotes au plus haut niveau il faut que ce soit bien encadré et travailler avec des gens qui connaissent le sujet et la volonté de vouloir un petit peu ouvrir la discipline tout en gardant bien sur le maximum de sécurité. 

Actualités liées

> L’European Le Mans Series de A à Z (3/3) Le 18/12/2017 à 10:30

> Comparons la Dallara P217, la Ligier JS P217 et l’Oreca 07 Le 15/12/2017 à 14:00

> L’European Le Mans Series de A à Z (2/3) Le 11/12/2017 à 10:30

> Que font les pilotes pendant leur vacances d'hiver? Le 08/12/2017 à 11:22

> L’European Le Mans Series de A à Z (1/3) Le 04/12/2017 à 13:54

Prochaine course

TESTS CASTELLET

10 Avril

Classement 2017
ELMS sur les réseaux sociaux